Blog

Climat de Changement à Berne Septembre 2019

Trajet à vélo de Neuchâtel à Berne en convoi, manifestation incroyable avec plus de 60’000 personnes et retour avant la tombée de la nuit pour profiter des derniers rayons de soleil.

Toujours un plaisir de rouler en groupe, c’est une dynamique très particulière

 

Le parking sécurisé autour d’une école, une idée à reprendre si l’on veut promouvoir l’usage du vélo

C’est l’occasion de voir quelques slogans bien trouvés comme sur cette remorque

La première vision de la foule est impressionnante

Les slogans sont percutants

La foule était immense, dense, déterminée et pourtant tout s’est déroulé dans la bonne humeur, sans heurts. C’était un moment intense avec un grand mélange de générations, de styles et de cultures. Les gens avaient un bien commun à protéger.

Certains messages devraient en faire réfléchir plus d’un:

Ne pas voter n’est pas une rébellion mais une reddition. Là, c’est clair.

Il en faut pour tous les goûts, certains s’expriment avec plus de virulence

Le message est clair ici aussi, et tout s’est bien passé dans ce cas également. Un plaisir de voir que l’on peut exprimer ses opinions tout en restant respectueux les uns des autres.

Et une petite pause pour se rafraichir avant le retour et en profiter pour une discussion autour des vélos solaires

A gauche, la monture du magasin vélocouché et à droite celle de biketothefuture.

La couverture médiatique est bonne:

https://lecourrier.ch/2019/09/29/maree-humaine-pour-le-climat/

https://www.letemps.ch/suisse/une-foule-immense-manifestation-climat-berne

Vivement les prochains événements de ce niveau, c’était simplement impressionnant.

 

Suntrip 2019, étapes 6 à la fin

La seconde partie, Alpine, aura été plus courte et plus intense avec par exemple le mythique Colle del’Agnello, le col d’Agnel, une folie absolue qui met à l’épreuve le matériel. Pour preuve, le nombre de voitures dont les freins bouillants puent au bas des deux côtés du col.

Avant d’arriver à Pinerolo, la navigation en mode vélo vous emmène parfois dans des endroits improbables…

Nous sommes entre Bussoleno et Crotte, oui c’est bien un nom de village.

Avec des taux jusqu’à 14 % ce n’est pas pour tout le monde, et le dénivelé de 2400 m depuis Pinerolo n’est pas là pour simplifier les choses.

D’ailleurs, Pinerolo est une ville très intéressante avec une architecture de toute beauté. Les vélos solaires y ont trouvé un écrin superbe

L’éclipse partielle de lune y était bien visible

Le lendemain, le point culminant qu’est la montée de l’Agnello promet vu d’en bas…

…et impressionne d’en haut côté italien

et côté français

L’étape Pinerolo-Veynes aura fait 248 km et un dénivelé cumulé de 4100 m en raison de quelques erreurs de navigation dans la journée, alors que le calcul donne 239.6 km et 3865 m de dénivelé. Prévision à 18h10 de route, temps roulé à moins de la moitié. Voilà l’efficacité des vélomobiles solaires; c’est rapide, efficient et confortable.

A l’approche de Crest et de Valence, on sent bien que la Provence est là, le climat change et les cigales comme la lavande sont au rendez-vous

Et le final à Valence, autour de la fontaine monumentale

Voilà, c’est fini pour ce SunTrip Tour 2019 avec plus de 1’900 km au compteur, des souvenirs et des échanges merveilleux et des apprentissages qui serviront à améliorer encore les projets, actuels et futurs.

 

Suntrip 2019, étapes 1 à 5

Et voilà, environ à mi-parcours, il y a pas mal de choses à dire.

Les participants et leurs engins :

une variété réjouissante dans les approches et les réalisations, des choix techniques parfois audacieux et une large gamme de budgets allant de la récupération de composants à la création à partir de la feuille blanche.

Il y a beaucoup de vélos avec remorque, dont bon nombre de vélos classiques qui servent au quotidien avec la remorque solaire derrière contenant les affaires de voyage et le module photovoltaïque.

Cette configuration est simple et pratique mais il manque la protection du pilote, on se retrouve exposé au soleil comme tout cycliste.

L’autre solution est donc d’avoir le ou les modules au-dessus de la tête.

L’apport de la protection solaire permet de rouler durant les heures chaudes, là où l’entrée de puissance est la plus forte et de consommer en direct l’énergie reçue, ce qui augmente le rendement.

Le parcours:

Les premières étapes se déroulent autour de la région des volcans d’Auvergne, c’est simplement incroyable de rouler à vitesse humaine dans de tels décors et pouvoir en profiter sans bruit et sans polluer.

Ces monts sont loins d’être faciles, sans l’aides des moteurs ce serait impossible pour beaucoup de participants mais l’apport électrique rend la chose possible.

L’autonomie d’un vélo électrique classique ne permettrait toutefois pas de voyager bien loin au vu des dénivelés à franchir.

L’étape 5 par exemple représente 185 km et 2600 m de dénivelé positif, de quoi vider environ 4 batteries classiques.

La suite était une liaison entre les volcans (avec départ du Vulcania, à visiter) et les Alpes, avec un passage par Divonne-les-Bains et ensuite Chamonix, pour finir à Val Cenis.

De quoi goûter à la montagne de fort belle manière.

 

Energie de déplacement

Il est parfois bon de reprendre ses fondamentaux.

Le principe de base de BikeToTheFuture est de s’occuper de véhicules plus légers que ce qu’ils portent.

Parce que c’est possible, parce que c’est logique et respectueux des ressources, et aussi pour les cas (que l’on souhaite rares) d’un accident dans lequel il va bien falloir dissiper l’énergie contre ce qui va nous stopper. D’autant plus important si la contrepartie est vivante…

A énergie égale, quelle vitesse peut-on se permettre pour différents véhicules ? Un petit tableau récapitulatif donne les réponses.

Et il y a du boulot pour revenir à la raison.

Si l’on définit que 10’000 J est la limite, le piéton peut dévaler à près de 60 km/h, les différents vélos entre 46 et 54 km/h, mais on tombe autour de 10 km/h pour les voitures… Le camion 40 Tonnes est à l’arrêt à 2,5 km/h ce qui en dit long sur le danger des camionneurs qui geekent sur leur téléphone alors qu’ils envoient des mégajoules sur le bitume. Un camion à 80 km/h c’est 10 MJ d’énergie de mouvement, l’équivalent de 1000 vélomobiles à 46 km/h tout de même.

Une voiture plutôt compacte à 130 km/h c’est encore 100 vélomobiles à 46 km/h ce qui donne à réfléchir.

Sans système électrique ou mécanique de récupération, toute cette énergie finira en frottements donc en chaleur. Génial, n’est-ce pas ? Voici un bon exemple de gaspillage qui pourrait largement être réduit avec des engins plus légers, une mobilité plus raisonnée et une large réflexion sur les besoins de mouvement. Il y a certainement là un puits d’économies absolument énorme et largement inexploité.

SunTrip Tour 2019

Les projets prennent forme.

Deux trikes sont passés par l’atelier pour la partie électrique et roulent au quotidien, des Scorpion équipés en Solbian et Genasun.

A suivre ici: https://www.facebook.com/schadik

Des créatifs de génie, leur système d’orientation du toit est simple et rapide.

Les autres projets… deux trikes, 3 remorques, une vélomobile, sont en cours.

Au total, un peu plus de 3000 W de modules photovoltaiques sur les routes cet été, ajoutés par BikeToTheFuture pour des kilomètres de découvertes et de bonheur sans émissions locales et quasiment sans bruit.

Le voyage à impact minimal, peut-être même inférieur à la marche car il y a moins de nuitées et de déchets générés à distance égale.

Pour les autres projets, Il y a du pain sur la planche !

En date du 19 mai, il reste de quoi faire, les projets de Longabike et de remorque Radical sont prioritaires car pour les clients.

Les projets personnels de vélomobile et remorque ont pris un retard incroyable, au point qu’il a fallu abandonner la construction de la remorque lorsque le fournisseur de profilés aluminium n’a pas tenu son délai de livraison… Une remorque B-Turtle empruntée a donc remplacé le modèle auto-construit, qui sera réalisé pour une autre occasion car le concept est bon.

Voici le montage qui a servi pour ce tour, ici au lac des Cascades vers Cheylades

La suite ici :

Suntrip 2019, étapes 1 à 5

Suntrip 2019, étapes 6 à la fin

 

 

Que dit la loi… Cyclomoteurs légers et cyclomoteurs en Suisse

Comme souvent, les noms courants ne sont pas ceux des textes de loi.

Ce que la majorité des gens appellent un vélo à assistance ou un VAE entre dans la catégorie des cyclomoteurs légers. Les règles Suisses sont uniques, nous avons fait notre propre sauce et cette fois il y a de quoi en être fiers, tant les différences face à nos voisins ont du sens.

Pour faire simple, voici les règles de base pour le cyclomoteur léger :

500 W, 25 km/h avec pédalage, 20 km/h sans pédalage, au moins 2 roues, moins de 1 m de large, une personne adulte et jusqu’à 2 enfants, 200 kg au maximum, remorque de 80 kg max.

Voyons en détail certains points.

Puissance continue au sol de 500 W, valeur stabilisée après 30 minutes d’échauffement du système. C’est une valeur stable, il est possible d’avoir plus de puissance sur quelques secondes pour une accélération, par exemple. Et c’est une puissance de propulsion, inutile donc de regarder ce qui sort de la batterie qui est une puissance consommée; ce ne sera pas la même valeur, et le rapport n’est pas constant car les pertes varient selon les conditions. Impossible à mesurer en bord de route, difficile même avec un rouleau de puissance puisqu’il va manquer les paramètres réels de roulage. Une soufflerie avec rouleau de puissance est l’outil qu’il faut pour valider cette valeur. On sent bien que c’est à la portée de tout le monde (ironie…). 😉 De belles foires d’empoigne à la clef si d’aventure une bataille juridique éclate autour de cette valeur.

Les vélos ne sont pas les seuls concernés : une Tesla Model S performance est homologuée en Suisse à 71 kW, alors qu’elle est donnée pour 515 kW mais une fois c’est le nominal, l’autre fois c’est en crête. Facteur 7, c’est noté et sera repris en cas de besoin… Cela autorise, par analogie, 3,5 kW crête sur un cyclomoteur léger. Est-ce même possible ?

Un adulte, donc les tandems sont interdits d’assistance électrique. Noté, mais comment expliquer les modèles sur le marché, mystère… D’ailleurs c’est corrigé depuis février 2019 avec un nouveau texte qui autorise enfin les Tandems à avoir leurs 500 W au sol. C’est un bon départ et un soulagement pour ceux déjà en circulation.

Masse en mouvement de 200 kg pour le vélo plus 80 kg de remorque.

Là c’est délicat: en effet, pour grimper 280 kg dans une pente de 10 %, courante dans notre pays de montagne, il faut une poussée de 28 kg ou plutôt de 275 N en unités correctes. Avec une roue de VTT, cela donne 92 Nm de couple à la roue. Il va falloir un système robuste. Là, les 500 W de la loi Suisse face aux 250 W de l’Europe se révèlent des sacrés atouts. La vitesse max sera de 6,55 km/h pour 500 W, autant dire qu’un vélo Européen sera par terre avec 3,27 km/h car l’équilibre n’y est plus… La puissance crête sera aussi utile ici, un petit 10 km/h demandant 765 W au sol, autour de 1100 W à l’écran.

Passons au cyclomoteur. Ici encore, on les appelle couramment vélo à 45 km/h ou vélo rapide. En fait la catégorie est celle qui englobe les gyropodes, les fauteuils roulants, les cyclomoteurs à essence et les vélos rapides.

Pour cette dernière catégorie, voici les règles:

45 km/h avec pédalage, 20 km/h sans pédaler, casque de vélo obligatoire, plaque jaune, pistes cyclables seulement si l’on roule à 25 km/h maxi, rétroviseur et feux obligatoires, une seule personne à bord, 1000 W au sol, moins d’un mètre de large, remorque de 80 kg maxi, vélo à 200 kg maxi, 2 roues exclusivement.

Détaillons.

Puissance doublée, facile à comprendre. On passe à 13 km/h à pleine charge dans du 10 %, ça avance.

2 roues exclusivement, là c’est problématique pour les domaines des tricycles et des vélomobiles, exclus par nature de la catégorie. Pourquoi ? Raison historique très probablement, mais c’est à la fois injuste et limitant pour proposer les solutions les plus adéquates à la mobilité personnelle.

Pas de changement en vue à ma connaissance, et c’est regrettable car cela favorise les engins à combustion par manque d’une saine concurrence alors que la technologie est prête depuis des années.

Une seule place. Dommage, ce serait ici que les tandems pourraient briller. Avec 1000 W nominal, on se retrouverait avec une assistance par personne identique à ce que l’on a sur les cyclomoteurs légers. Il y a du lobbying à faire…

Voici deux documents de référence en vigueur en Juillet 2018:

Récapitulatif des prescriptions les plus importantes pour certains véhicules électriques

Liste des prescriptions les plus importantes cyclomoteurs électriques

S’il faut une voiture…

… Alors au moins, qu’elle soit adaptée aux besoins et à son environnement.

Emettre un flot continu de particules cancérigènes, d’oxydes d’Azote et de CO2 à chacun de ses déplacements ne devrait plus être désirable, comme nous le vend pourtant la pub.

Des alternatives existent, et pas forcément sous la forme d’un autre moyen de transport d’ailleurs. On peut commander au Shop plutôt que de prendre une voiture pour faire ses courses, on peut voyager en train, panacher ses moyens de transports avec du vélo ou de la vélomobile, et au final avoir une voiture différente.

Selon les tests de l’ATE, depuis plusieurs années, les voitures au gaz naturel gagnent leurs tests, et cette alternative permet d’avoir une totale continuité d’usage. Le choix éclairé du flemmard. 😉

Un cran plus loin, la voiture électrique change quelques habitudes, avec des limitations (autonomie en voyage, puissance du chauffage, vitesse de pointe, prix) et des avantages (silence, couple, accélération, recharge à domicile, chauffage programmable, absence de vibrations, volume à bord) qui peuvent souvent satisfaire au-delà des attentes, pour la vie de tous les jours.

Les modèles emblématiques du moment sont les Tesla Model S et X, véhicules américains faits pour les américains. Donc partiellement adéquats pour nos contrées. Un peu volumineux, lourds, larges, ces engins sont taillés pour des contrées où la place est moins comptée que chez nous. De bons véhicules dans leur créneau assurément, mais pas conçus à la base pour le marché Suisse ou Européen.

Une autre proposition se dessine: la Sonomotors Sion. https://sonomotors.com/

Pour un prix estimé autour de 20’000 €, très bas pour la technique proposée et la catégorie.

Conception Allemande, état d’esprit en phase avec la vie d’ici dès le départ. On parle d’une voiture de taille moyenne, environ 4.2 m, pesant autour de 1.5 tonnes donc une tonne de moins que la Tesla Model X, seul autre véhicule électrique pouvant remorquer.

La comparaison ne s’arrête pas là: le coffre est cubique et très volumineux pour la catégorie, avec plus de 650 litres, le freinage régénératif est généreux, la recharge rapide est implémentée, et l’autonomie est confortable avec 250 km réels plus bonus solaire. Avec une distance usuelle entre 40 et 60 km/jour pour le 95 % des véhicules, une large part des besoins est couverte, parfois avec une charge par semaine d’ailleurs.

Parlons-en de l’autonomie: avec toutes les faces équipées en panneaux solaires, l’autonomie peut prendre jusqu’à 30 km par jour de bonus, plus de 150 km par semaine donc, même avec de l’ombrage partiel sur la semaine. Cela doit permettre de couvrir une belle part des besoins avec 400 km d’autonomie par semaine pour un branchement hebdomadaire à la prise.

Sur l’année, on parle de 6’000 km de récupérés. L’hiver étant logiquement moins productif.

C’est une option intéressante pour les situations où la mobilité active ne parvient pas à fournir le service voulu.

Et comme les vélos à assistance électrique, le gros avantage est que le plein se fait à la maison, en 10 secondes de travail: brancher la prise et partir dormir.

Vélo et anthropomorphisme

De retour de la Spezi 2018, la grande foire des vélos spéciaux, un point particulier saute aux yeux: les vélos grossissent.

Les gens grossissent depuis quelques décennies, un peu partout dans le monde. Les voitures également, avec une accélération depuis le début de la mode des SUV aussi appelés tanks urbains puisque la majorité ne verra jamais de boue.

Il était logique que cela arrive aussi à ce fidèle compagnon de l’Homme qu’est le vélo.

Des pneus énormes, des cadres surdimensionnés, des assistances au couple de camion pour impressionner et forcer la décision d’achat, des décorations de carnaval et toutes les ficelles du marketing pour que la grenouille se fasse plus grosse que le boeuf.

Les vélos légers et fins étaient soit absents des stands soit un peu mis à l’écart.

Pourtant, ceux qui ont eu l’idée de venir essayer les trikes sur le stand Catrike sont repartis enchantés. “Comme c’est léger” “incroyable la vivacité de ce vélo” et “c’est sacrément plus agréable qu’avec des gros pneus” sont des commentaires entendus durant ces deux jours.

Comme quoi, entre la mode et ce qui est vraiement adapté aux besoins, il y a encore une fois un gouffre.

Vol et vandalisme, ces fléaux universels

Dans tous les domaines, la passion et l’amour des belles choses permet d’aller plus loin, de sublimer la matière.

Pensez à l’artisanat face à l’industrie, au couteau de coutellier face à une lame de grand magasin. C’est à chaque fois un monde de connaisseurs, d’excès et de douce folie parfois.

Le monde du vélo a bien entendu aussi sa communauté de doux dingues, et les vélos qui en résultent sont parfois de vraies oeuvres d’art sur roues.

Voir un tel engin vandalisé, volé ou “emprunté” est un crève-coeur et probablement un frein à l’expansion de la pratique.

Un système de géolocalisation activable par SMS, un traceur repris par la Police ou tout autre solution permettant de limiter l’impact d’un tel acte barbare est une bonne mesure… lorsque l’on a manqué toutes les précédentes, qui servent à éviter que l’agression ne se produise.

Si l’on veut que la mobilité douce se développe, que les villes et les campagnes soient moins polluées, plus silencieuses et plus sûres, il va falloir laisser les passionnés montrer la voie. Et pour cela, il faut qu’ils puissent compter sur le fait de retrouver en bon état leur destrier quelle que soit la situation, l’heure et l’endroit.

Cela demande un système éducatif qui promeut fortement l’honnêteté, un système de prévention fort et actif avec une priorité sur le respect et les valeurs morales, un système répressif simplement présent de manière récurrente, histoire d’avoir une chance statistique de voir les problèmes. La stabulation libre actuelle mène les plus mauvais éléments de notre société à se croire tout permis et à s’approprier le bien d’autrui sans vergogne, ruinant parfois la motivation et l’envie de construire un véhicule sortant de l’ordinaire.

Toute agression laisse des traces, c’est un déficit qui peut facilement ralentir toute une communauté par l’agent gaspillé, le stress, la perte d’envie de bien faire. Luttons contre les pratiques destructrices, donnons envie aux générations suivantes de faire mieux que nous. Donnons-leur les moyens de le faire.

Vélos et infrastructures, la poule et l’oeuf

Pour que la pratique du vélo soit attractive pour le plus grand nombre, on entend souvent dire que les infrastructures devraient être de meilleure qualité et beaucoup plus nombreuses.

Et de l’autre côté, on entend qu’il est exclu d’investir “d’importants montants” pour des structures qui ne concernent qu’une poignée de personnes.

Les deux avis se tiennent, et si l’on attend que cela bouge tout seul rien ne se passera pendant encore longtemps. Il faut une volonté certaine et un courage évident pour projeter, soutenir et réaliser la base permettant aux futurs utilisateurs de se sentir en sécurité, avec des voies permettant un trajet rapide et efficace.

C’est une dynamique qu’il faut lancer, avant que le système s’entretienne seul une fois la masse critique atteinte. A ce stade, le gain devient évident: il est possible de placer plus de vélos à surface égale, tant en roulant que dans les places de parc. Donc l’augmentation de la part modale cycliste profite aussi aux fanatiques de la voiture. Et si ces derniers poussaient aussi à la création d’un réseau cyclable complet, afin de retrouver un peu de place sur la route, ne serait-ce pas magnifique ?